Péché volontaire

Avant de lire ce message qui fait partie d'une série sur le même sujet, nous vous conseillons de commencer par l'article : Une fois sauvé... toujours sauvé ?


Quand, pour la dernière fois, avez-vous offert un animal en sacrifice pour vos péchés ?

Tu plaisantes n'est-ce pas ? Les chrétiens n'ont jamais offert d'animaux en sacrifice pour le pardon de leurs péchés...

Exactement !

Le terme "péché volontaire" est mentionné une seule fois dans toute la Bible et c'est uniquement en lien avec le sacrifice d'animaux

Et pourtant, nous ne cessons de recevoir des messages de chrétiens terrifiés qui pensent avoir commis ce péché parce qu'après avoir reçu Jésus dans leur cœur, ils sont tombés dans toute sortes de péchés.

Ce terme apparaît dans l'épître aux hébreux. Le mot "hébreu", selon le dictionnaire, signifie :

"Membre d'un peuple ancien vivant à présent en Israël, descendant du patriarche Jacob, petit-fils d'Abraham. Après l'Exode (1'300 avant J.-C.), les hébreux établirent les royaumes d'Israël et de Juda, et leurs écrits et traductions forment la base de la religion juive".

Voyez-vous le mot "gentils" (= les peuples non Juifs) mentionné quelque part dans cette définition ? Non ?

Et le mot "chrétiens" ? Je ne pense pas.

Et pourtant, l'entier d'une théologie "chrétienne" a été fabriquée autour d'un terme utilisé une seule fois dans toute la Bible, et adressé uniquement aux hébreux (aux Juifs). Cette théologie est une pure hérésie. L'épître aux hébreux, comme son nom l'indique, a été écrite à l'attention des Juifs, pas des gentils.

Il y a 14 autres épîtres qui s'adressent aux gentils (aux chrétiens).

L'épître aux hébreux, celle de Jaques ainsi que 1 Pierre s'adressent aux Juifs qui ont mis leur foi dans le Messie. Les Juifs ont vécu 1'500 ans sous la loi qui a été donnée au Mont Sinaï. La loi exigeait à la fois les œuvres et les sacrifices d'animaux pour les péchés.

Les sacrifices d'animaux devaient être offerts 2x par jour (le soir et le matin), tous les jours... jour après jour, année après année... (Exode 29 : 39, Nombres 28 : 4, 1 Chroniques 16 : 40).

L'entier de l'épître aux hébreux explique le contraste entre la loi et la grâce, entre l'Ancien et le Nouveau Testament, entre les sacrifices d'animaux offerts sous la loi et le sacrifice parfait de Jésus qui nous a libérés de la loi.

Au chapitre 8, Paul explique que le grand-prêtre juif devait offrir des sacrifices perpétuels pour les péchés des hommes. Au chapitre 9, il explique le contraste qu'il y a entre les sacrifices perpétuels d'animaux et le sacrifice parfait de Jésus pour nos péchés, une fois pour toute.

Hébreux 9 : 12 dit de Jésus : "Il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle pour nous ".

Éternel signifie "sans fin".

Si Jésus a obtenu une rédemption éternelle, sans fin, pour nous qui l'avons reçu dans notre coeur et lui faisons confiance, comment se pourrait-il que dans ce chapitre, il soit dit que si nous commettons un péché volontaire après l'avoir reçu, nous soyons perdus éternellement ?

De fait, ce n'est pas ce qui est dit, ça n'a jamais dit cela et ça ne le dira jamais.

Hébreux 10 : 1-2 déclare :

" En effet, la loi, qui possède une ombre des biens à venir, et non l'exacte représentation des choses, ne peut jamais, par les mêmes sacrifices qu'on offre perpétuellement année après année, amener à la perfection. Autrement, n'aurait-on pas cessé de les offrir, parce que ceux qui rendent ce culte, étant une fois purifiés, n'auraient plus eu aucune conscience de leurs péchés ?".

Ce même chapitre 10 nous dit clairement que : "nous avons été sanctifié (rendus parfaits) par le sacrifice du corps de Jésus une fois pour toute".

Si le sacrifice de Jésus nous a rendu saint et parfait, une fois pour toute, comment est-il possible que dans les versets qui suivent, il soit dit que si après avoir reçu Jésus nous commettions le péché, nous sommes perdus ?

Les versets qui provoquent cette controverse se trouvent en Hébreux 10 : 26-28 où il est dit :

Car si nous (hébreux) péchons volontairement après que nous (hébreux) ayons reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés".

Dans le contexte, à quel "péché volontaire" Paul fait-il référence ?

Au péché que certains Juifs voulaient commettre, c'est-à-dire continuer à vivre sous la loi et à offrir des sacrifices d'animaux après avoir reçu Jésus comme Sauveur.

Paul disait simplement : vous ne pouvez pas avoir les deux, c'est l'un ou c'est l'autre :

Si le sang de Jésus, sa mort et sa résurrection nous ont rendus parfaits, nous n'avons pas besoin de la loi, nous n'avons pas besoin des sacrifices d'animaux, nous n'avons besoin de rien d'autre.

Si, après avoir clairement compris que le sang de Jésus ôté tous les péchés pour tous les temps, ils décident de volontairement continuer à offrir des sacrifices d'animaux, alors ils rejettent effectivement le sacrifice de Jésus, sa mort à la croix, considérant que ce que Jésus a fait est imparfait et insuffisant pour les sauver puisqu'il le supplante par des sacrifices d'animaux.

Ils ne faisaient pas confiance à Jésus pour leur salut. Dès lors, ils n'étaient en réalité pas sauvés mais perdus.

Selon Hébreux 10 : 29, ceux qui pensent que Jésus n'est pas suffisant pour sauver et qui disent qu'il faut continuer à offrir des sacrifices d'animaux ont :

A) foulé aux pieds le Fils de Dieu.
B) estimé profane le Sang de la nouvelle Alliance, le sang de Jésus Lui-même, par lequel nous sommes sanctifiés.
C) outragé l'Esprit de la grâce (le Saint-Esprit).

C'est pourquoi ils sont irrémédiablement perdus. Parce qu'ils ont rejeté le sacrifice de Jésus et qu'il n'y a "aucun autre sacrifice pour les péchés" (Hébreux 10 : 26). En effet, après le sacrifice parfait et éternellement suffisant de son Fils, Dieu n'accepte aucun autre sacrifice pour le pardon des péchés.

Par conséquent, si les Juifs, en toute connaissance de cause et volontairement, choisissent de vivre sous la loi et d'offrir des sacrifices d'animaux... ils sont perdus parce qu'il n'y a aucun autre sacrifice que Dieu accepte, excepté celui de Jésus.

C'est en substance ce que ces versets disent et ils ont toujours dit cela depuis près de 2'000 ans. C'est un message adressé exclusivement aux Juifs qui voulaient se convertir. Cela n'a strictement rien à voir avec des chrétiens qui pèchent après avoir reçu Jésus dans leur cœur. Ce n'est même pas adressé aux chrétiens.

Quand pour la dernière fois, chrétiens apeurés, avez-vous offert un animal en sacrifice pour vos péchés ?

Comme vous ne l'avez jamais fait, le terme "péché volontaire" ne s'applique pas à vous !

Affaire classée !

Romans 8 : 1, qui s'adresse aux chrétiens, déclare :

"Il n'y donc maintenant plus aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ".

Quelle partie de "aucune condamnation" votre petit cerveau n'arrive-t-il pas à comprendre ?

Pensez-y la prochaine fois que vous-même ou que quelqu'un d'autre essayera de vous condamner.

 

Message suivant : Je ne veux plus du salut

 

Source : http://www.christconnection.net - traduction et utilisation sur le site http://www.revelation2012.ch autorisée par l'auteur. 

Recherche / search / buscar