L’abomination qui cause la désolation

En Matthieu 24 : 15-21, Jésus avertit ses compatriotes juifs :

Or quand vous verrez l'abomination qui causera la désolation, qui a été prédite par Daniel le Prophète, être établie dans le lieu saint, (que celui qui lit ce Prophète y fasse attention), alors, que ceux qui seront en Judée s'enfuient dans les montagnes... car alors il y aura une grande tribulation, telle qu'il n'y en a point eue depuis le commencement du monde jusqu'à maintenant, et qu'il n'y en aura jamais plus.

Quelle est donc la chose à laquelle les Juifs doivent prendre garde et devant laquelle ils doivent prendre la fuite à l’instant même où ils la verront ?

Qu’est-ce donc exactement que cette "abomination qui cause la désolation" ?

Bien que d’autres passages bibliques en parlent (Daniel 11 : 31; Daniel 12 : 11), aucun d’eux ne nous dit exactement de quoi il s’agit. Toutefois, l’Histoire nous le révèle.

Voici une description que l’on peut lire en 1 Macchabées 1 : 54 (ce livre n’est pas dans le canon des Écritures mais il est tout-à-fait pertinent au niveau historique) :

Le quinzième jour de Kisleu en l'an 145, le roi construisit l'abomination qui cause la désolation sur l'autel des holocaustes et, dans les villes de Juda alentour, on éleva des autels païens.

1 Macchabées 37-40 nous donne plus de détails :

"Ils répandirent le sang innocent autour du sanctuaire et souillèrent le lieu saint (le Temple). À cause d'eux, les habitants de Jérusalem s'enfuirent et celle-ci devint une colonie d'étrangers; elle fut étrangère à sa progéniture et ses propres enfants l'abandonnèrent. Son Temple devint aussi désolé qu'un désert, ses fêtes se changèrent en deuil, ses sabbats en dérision et son honneur en mépris. À sa gloire se mesura son avilissement et sa grandeur fit place au deuil."

Josèphe, un historien du 1er siècle après Jésus-Christ, connu pour la précision et le détail de ses récits historiques, confirme ce que disent les textes de 1 Macchabées dans son recueil "Antiquités des Juifs - Livre XII - Chapitre 5" :

"...Après avoir élevé un autel sur l'autel de Dieu, le roi y immola des porcs (pour l'idole), offrande interdite par la loi et les coutumes du culte des Juifs. Il les obligea à abandonner le culte de leur Dieu et à adorer les divinités auxquelles il croyait lui-même, à leur bâtir dans chaque ville et dans chaque village des sanctuaires, à leur ériger des autels où ils leur sacrifieraient chaque jour des porcs..."

Nous avons donc deux rapports historiques fiables au sujet du méchant Antiochus Épiphane qui descend de la dynastie grecque d'Alexandre le Grand. Il nous est dit qu’il érigea une idole (statue) d’un faux dieu (Zeus) sur l’autel des holocaustes à Jérusalem et qu’il lui offrit des sacrifices païens (des porcs). Ceci représente une abomination aux yeux des Juifs pieux puisque le 1er commandement dit explicitement qu’ils ne doivent pas avoir "d’autres dieux" devant Yavhé (l’Éternel). Ils ne doivent pas se fabriquer des images taillées ni les adorer et encore moins les placer dans le Temple pour leur offrir le sang d’un animal "impur" (Exode 20 : 3-5).

Antiochus avait déjà massacré hommes, femmes et enfants sans distinction, démontrant ainsi sa brutalité. Puis il a fait brûler tous les rouleaux de la Torah qu’il a pu trouver, interdisant la circoncision, l’observance de la loi et des Fêtes du Seigneur. Finalement, il érigea une idole sur l’autel des sacrifices dans le Temple...

Les Juifs qui vivaient à Jérusalem et qui avaient échappé au massacre furent horrifiés par cette violence et par cette abomination. Ils fuirent Jérusalem comme l’indiquent les versets  lus précédemment. Ces événements tragiques signifiaient pour eux l'une ou l'autre de ces deux possibilités :

1 - Dieu les avait abandonnés, puisqu’il avait permis qu’une telle abomination se produise dans Sa Maison, Son Temple...

2 - Antiochus était un dieu et il était plus fort que Yahvé puisqu'il avait pu profaner le Temple...

Les Juifs quittèrent la ville et le Temple et les laissèrent dans la désolation (à l’abandon). D’où le terme "abomination qui cause la désolation", puisque c’est cette abomination, le fait de placer une idole dans le Temple…qui fit que Jérusalem tomba dans la désolation, qu’elle fut désertée et abandonnée… Antiochus Épiphane était Grec. En tant que tel, il adorait Zeus, considéré dans le panthéon grec comme la divinité suprême.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là :

Les statues coûtaient cher et nécessitaient beaucoup de temps pour être sculptées. Les Grecs et les Romains avaient le sens pratique en ce qui concernait les statues de leurs leaders. Ils fabriquaient un corps plutôt flatteur de leur héros, généralement nu ou en armure, puis fixaient la tête qui pouvait être montée et démontée à volonté. Ainsi, lorsqu’un de leurs leaders mourait ou était évincé et remplacé par un nouveau, tout ce qu’ils avaient à faire, c’est de dévisser la tête de l’ancien leader et de visser la tête du nouveau leader à sa place sur le corps de la statue. Cela leur faisait gagner beaucoup de temps et d’argent.

Antiochus s’était approprié le surnom d’Épiphane, ce qui signifie "Dieu manifesté".

Puisqu’il disait être la "manifestation" même de la divinité suprême, la soi-disant "face de Zeus" de la statue n’était autre que le visage d'Antiochus lui-même. Il exigea ensuite que l’adoration et les sacrifices lui soient offerts en tant que Dieu.

Revenons à présent à la question de départ :

À quoi les Juifs doivent-ils prendre garde et devant quoi devront-ils fuir à l’instant où ils le verront ?

À une répétition de cette abomination, soit :

- Un leader grec, qui prendra à nouveau Jérusalem (comme Antiochus le fit) et qui érigera une statue (idole) de sa personne dans leur Temple. Un leader grec, leur interdisant l’adoration du seul vrai Dieu et exigeant, sous peine de mort, que cette adoration lui soit rendue exclusivement (Apocalypse 13 : 4).

Alexandre entrera dans le Temple, s’y assiéra comme Dieu mais n’y restera pas puisqu’il aura à faire la guerre et à persécuter celles et ceux qui viendront à la foi en Jésus-Christ dans cette période. Cela ne fait aucun doute qu’il érigera une statue à son image dans le troisième Temple.

En Apocalypse 13 : 15, l’Apôtre Jean nous donne une description détaillée et assez phénoménale de la statue d’Alexandre. Alexandre aura un faux prophète qui aura le pouvoir de "donner vie à l’image de la Bête, afin que cette image… puisse non seulement parler mais faire que ceux qui ne l’adorent pas soient tués". Le faux prophète poussera encore plus loin qu’Antiochus en ordonnant que les gens portent la marque d’Alexandre dans ou sur leur main droite ou leur front, faisant d’eux la propriété personnelle et légitime de l’Antichrist (ses esclaves).

Toutefois, l’idole/image doit venir premièrement. La marque suivra un peu plus tard. C’est l’idole/image d’Alexandre le Grand à laquelle ils doivent faire attention et  qu'ils doivent fuir à l’instant où ils la verront. Les paroles de Jésus à ses frères juifs résonnent aujourd’hui encore jusqu’aux oreilles de cette génération :

(Paraphrasé) "Quand vous verrez une idole/image placée dans votre Temple, ne perdez pas une seule seconde : courez pour sauver votre vie !

 

Source : http://www.christconnection.net - traduction et utilisation sur le site http://www.revelation2012.ch autorisée par l'auteur.

Recherche / search / buscar